Outils pour utilisateurs

Outils du site


news:soutenance_de_these_myriam_boulin_2015-12-07

Soutenance de thèse Myriam Boulin

Mme Myriam Boulin soutiendra sa thèse de doctorat en linguistique intitulée: Temporal Deixis and Anaphora in English and Mandarin Chinese: a contrastive study of NOW and THEN and their Mandarin equivalents à l’université Paris Diderot le lundi 7 décembre 2015 à 14h, en salle 574 F, 10 rue Françoise Dolto 75013, accès par le Hall A-B, 17 Esplanade Pierre Vidal-Naquet.

Le jury sera composé de :

  • M. Arnaud Arslangul, INALCO, Sorbonne Paris Cité
  • M. Philippe Bourdin, York University (rapporteur)
  • Mme Agnès Celle, Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité (co-directrice)
  • M. Pierre Cotte, Université Paris Sorbonne
  • Mme Ilse Depraetere, Université de Lille 3 (rapporteur)
  • Mme Marie-Claude Paris, Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité (co-directrice)

La soutenance est publique.

Résumé :

La deixis et l’anaphore temporelles en anglais et en chinois mandarin : étude contrastive de now, then et leurs équivalents mandarins.

Cette thèse présente une étude contrastive de la deixis et l’anaphore temporelles en anglais et en mandarin à travers l’étude des marqueurs now et then et leurs équivalents mandarins. Les problèmes liés à l’encodage de la localisation temporelle et des relations temporelles dans une langue tensée comme l’anglais et une langue aspectuelle comme le chinois sont explorés. Cette recherche se fonde sur l’étude d’un corpus bilingue bidirectionnel composé de textes narratifs, de dialogues de films et de conversations spontanées. Parmi les marqueurs mandarins étudiés, on trouve xianzai ‘maintenant’, nashi, dangshi et zheshi ‘à ce moment-là’, et les particules le final et –le verbal.

Cette étude montre que les adverbes temporels déictiques et anaphoriques jouent un rôle clé pour la localisation temporelle en chinois, alors que les adverbes séquentiels sont plus fréquents en anglais qu’en chinois. Cela est lié à la nature tensée de l’anglais qui est équipé de marquages grammaticaux localisant les éventualités dans le temps, qui rendent l’emploi d’adverbes temporels redondant, alors que la nature aspectuelle du chinois implique un codage des relations temporelles entre les éventualités, ce qui rend souvent l’usage de marqueurs séquentiels inutile. D’autre part, l’absence de temps en chinois implique que l’usage de déictiques n’est pas marqué en narration, alors que l’usage de now combiné avec des temps du passé entraîne un embrayage de la narration en anglais. Enfin, il est montré que les usages pragmatiques de now et then et de leurs équivalents mandarins résultent directement de leurs caractéristiques déictiques et anaphoriques : now est contrastif alors que then est continuatif.

news/soutenance_de_these_myriam_boulin_2015-12-07.txt · Dernière modification: 2015/11/23 17:21 par Natalie Kubler

Outils de la page